La Vie ratée de Mado Bélanger

Un aréna. Des fans en délire. Une patineuse de vitesse. Et sa coach, Mado Bélanger. De l’adolescente gentille comme tout, elle est devenue une coach agressive, bornée hargneuse. Carrière déchue depuis qu’elle a pris beaucoup de poids – on l’a même remplacée dans les pubs de Philadelphia – Mado doit désormais se résoudre à enseigner à une bande d’adolescentes gentilles comme tout – mais connes, coooooonnes ! – la subtile technique du « coup-de-coude-à-la-figure-dans-un-virage-pour-pas-ça-paraisse ».

Alors qu’elle passe une énième soirée seule à la maison à visionner ses vidéos du temps d’antan, le temps de sa belle jeunesse victorieuse, bière à la main, clope dans l’autre, bédaine qui sort de sa camisole tachée de sauce à spaghat, on sonne à la porte.

Elle commence à engueuler son visiteur avant même de se lever, et continue pendant le trajet jusqu’à la porte, et encore pendant qu’elle tourne la poignée. Elle ouvre la porte : personne. Ah ben viarge !

« Coucou », fait une voix qui vient d’en haut. Elle lève la tête et se retrouve face à pieds avec Victor qui flotte littéralement dans les airs ! D’adolescent lunatique aux tendances nouvel-âgeuses, il semble qu’il ait atteint le nirvana. Sauf, dit-il, il a maintenant un problème : il ne peut plus redescendre et passe sa vie à flotter sinistrement d’un endroit à l’autre.

Pas nécessairement contente de le revoir, Mado lui demande ce qu’il veut. Leur relation s’est bien détériorée depuis la fois où Victor lui avait déclamé de la poésie perse antique, nu, dans le salon enfumée à l’encens de rose, alors qu’elle ne lui avait demandé que de se mettre à l’aise.

Il dit qu’il a vu les pubs de Philadelphia et s’est dit qu’avec son aide, il pourrait sans doute rester au sol. Il avait pensé à Séverine, mais elle a tellement maigris depuis le secondaire qu’il doute que ça aurait pu marcher.

Elle l’envoie chier, comme de bien entendu, mais il insiste et revient souvent la visiter.

Plus tard, elle apprend de Vincent, devenu concessionnaire Acura riche et mafioso qu’il a fait exécuter Victor il y a quelques années, parce qu’il avait entraîné une bonne partie de la famiglia dans la secte qu’il avait créée. Le fait que ce soit le fantôme de Victor qui vienne la voir n’intrigue pas Mado plus que ça et elle choisit de continuer sa petite vie plate au lieu d’embarquer dans ce qui aurait pu être une formidable épopée fantastique avec moult effets spéciaux. Elle ne manque pas de dire à Vinnie que les stéréotypes d’Italiens à la télé, ça fera.

Victor, lui, continue de hanter le couloir de son appartement pour l’éternité.

Et Michel se fait opérer pour les oreillons pour la 17e fois.

Fin.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s